fbpx

Livraison OFFERTE dès 100€
(France, Corse, Monaco et Outre-mer)

Accueil » Blog » L'équipement du cycliste » Le Vélotaf, ou comment aller au travail à vélo

Le Vélotaf, ou comment aller au travail à vélo

Que vous soyez déjà adepte du vélotaf ou sur le point de le devenir, vous savez qu’aller travailler à vélo offre de nombreux avantages. En effet, faire du vélo au quotidien, c’est bon pour la santé, c’est bon pour la planète et c’est bon pour le porte-monnaie !

Le Vélotaf, une pratique qui séduit de plus en plus les français

Vélotaf est la contraction des mots “vélo” et “taf” (travail à faire), un mot valise qui désigne le fait de se rendre au travail en vélo. Une pratique de plus en plus plébiscitée par les français, conscients des nouveaux enjeux de la mobilité éco-durable.

En effet, à la ville comme à la campagne, le nombre de cyclistes se rendant au boulot à vélo est en augmentation constante depuis plusieurs années. Un phénomène qui s’explique notamment, comme l’une des conséquences des différentes crises que traverse notre société.

Il est clair que ces multiples crises, qu’elles soient sanitaires, économiques, énergétiques ou environnementales, impactent fortement notre quotidien. Restriction des libertés, augmentation des prix, pénuries… nous incitent à trouver des solutions alternatives que nous pouvons mieux maîtriser. En ce sens, le vélotaf semble être l’une de ces solutions.

Dès lors, beaucoup ont choisi de délaisser leur véhicule ou les transports en commun pour se mettre en selle et ainsi profiter des nombreux avantages du vélotaf. Pédaler quotidiennement pour se rendre au travail est l’un des meilleurs moyens d’éviter les embouteillages tout en faisant de l’exercice. C’est aussi l’occasion de faire une bonne action pour la planète. L’impact écologique du vélo étant totalement négligeable par rapport à tout autre moyen de transport.

Vélotafer, ça s’organise !

Pas question de se lancer dans l’aventure sans un minimum de préparation :

  • Quel type de vélo utiliser ?
  • Quels sont les équipements de nuit et de jour du vélotafeur ?
  • Comment faire en cas de mauvais temps ?
  • Etc.

Toutes ces questions nécessitent des réponses pour pouvoir y aller en toute sérénité. Et bien sûr, en évitant la plupart des erreurs les plus courantes.

10 conseils pour aller travailler à vélo et devenir un pro du vélotaf !

1. Pour aller travailler à vélo, utilisez un vélo confortable et bien équipé

Si vous allez travailler tous les jours, il est évident que vous avez besoin d’un vélo à la fois confortable, pratique et maniable. Un vélo bien équipé, utilisable par tous les temps et qui s’adapte à tous les terrains sur lesquels vous roulez.

Alors, que vous préfériez un modèle traditionnel ou électrique, gardez à l’esprit qu’un bon vélo urbain doit avoir les équipements suivants :

  • Un cadre solide (en acier ou en aluminium)
  • Des suspensions capables d’encaisser et d’amortir les chocs
  • Une selle rembourrée pour éviter les douleurs au fessier et aux lombaires
  • Plusieurs vitesses et des freins bien réglés
  • Des pneus en bons états et bien gonflés qui offrent une bonne adhérence
  • Des garde-boues pour éviter les projections et retenir les saletés
  • Un système d’éclairage aux normes à l’avant et à l’arrière
  • Plusieurs accessoires réfléchissants et catadioptres
  • Un avertisseur sonore (sonnette ou klaxon)
  • Quelques sacoches et autres rangements fonctionnels

2. Préparez vos bagages de façon cohérente

Pour transporter vos affaires lors d’un trajet domicile-travail à vélo, un sac à dos apparait être le choix évident. Il est facile à porter sur les épaules et peu encombrant.

Cependant, il ne faut pas oublier qu’en faisant du vélo, on fait de l’exercice physique. Et un effort, même s’il n’est pas très intense, provoque de la transpiration. Or, se rendre au travail avec des vêtements humides et pleins de sueur, ce n’est pas l’idéal… De plus, si vous transportez beaucoup d’objets, un bagage lourd peut exercer une pression excessive sur vos épaules.

Alors pour éviter de faire subir cela à votre dos, il est préférable d’investir dans des sacoches à accrocher directement sur le cadre du vélo. Ce n’est pas un luxe lorsqu’on pratique le vélotaf.

Astuce : Pour éviter de déséquilibrer le vélo, répartissez équitablement la charge de vos marchandises dans votre sac à dos et vos porte-bagages.

3. Emportez quelques pièces de rechange en cas d’incident mécanique

Une crevaison, un déraillement… à vélo, une panne est vite arrivée ! Un petit imprévu qui peut vite se transformer en galère s’il n’a pas été anticipé.

Pour faire face à ce genre de petits incidents, ayez toujours dans vos sacoches, une trousse contenant un kit de réparation rapide et quelques pièces de rechange. Ces accessoires se trouvent facilement dans les magasins spécialisés et ne prendront que très peu de place dans vos bagages.

Le kit de réparation idéal pour le vélotaf :

  • une chambre à air (ou rustines mais moins pratique)
  • un kit de démontage de pneu
  • un assortiment de clés
  • un outil multifonction
  • une mini pompe à vélo
  • quelques maillons de chaine

Astuce : Certaines trousses ont été conçues pour se fixer sous la selle, un emplacement très pratique et facilement accessible.

4. Protégez votre vélo contre le vol avec un bon système de sécurité

Antivol vélotafAvez-vous pensé à l’endroit où vous allez laisser votre vélo une fois arrivé au bureau ? Comment le protéger du vol si vous vous arrêtez en chemin faire une course ?

Il est évident que la meilleure solution de protection est qu’il soit toujours près de vous, sous surveillance rapprochée. Malheureusement, selon la situation, cela est souvent impossible.

Au bureau, l’idéal serait de disposer d’un parking – ou d’un box – prévu à cet effet. Si c’est le cas, n’hésitez pas une seconde et utilisez-le. Par contre, même dans un lieu de confiance, attachez toujours votre vélo à un point fixe avec un antivol de qualité (50% des vols de vélos surviennent dans les lieux privés).

Dans le cas contraire, si vous êtes obligé de laisser votre deux-roues dans la rue, essayez de le garer sur un emplacement à vélo avec un très bon cadenas. Pensez tout de même à y jeter un œil de temps à autre car laisser un vélo plusieurs minutes/heures dans la rue n’est pas recommandé. En effet, aucun système antivol n’étant infaillible, une surveillance régulière s’avère indispensable dans une telle situation. Pour rappel, près de 400 000 vélos sont volés en France chaque année…

Astuce : Équipez votre vélo d’un traceur GPS qui vous préviendra en cas de déplacement suspect.

5. Portez une tenue adaptée au vélotaf et prévoyez un rechange

La tenue idéale pour pratiquer le vélotaf est une tenue confortable, respirante et polyvalente. Orientez-vous vers des vêtements souples et capables de suivre vos mouvements. Évitez les vêtements trop rigides et à la taille trop haute. Pensez aussi que même s’il fait froid, quelques minutes après avoir démarré, votre température corporelle va augmenter. Cela signifie que si vous êtes trop couvert, vous aurez rapidement chaud et cela favorisera la transpiration. Pensez donc à l’aération et évitez de trop vous couvrir pour minimiser la sueur.

Ensuite, vos vêtements doivent pouvoir s’adapter aux conditions climatiques. Une veste, un gilet ou un manteau doivent pouvoir s’enlever ou s’enfiler rapidement en cas de changement de météo ou d’une variation brusque des températures.

Pour les chaussures, l’idéal sont les baskets. Souples et légères, elles sont polyvalentes et particulièrement bien adaptées pour aller travailler à vélo.

N’oubliez pas de prévoir un rechange ! Une fois arrivé au boulot, faites une rapide toilette avec quelques lingettes et séchez vous. Remplacez votre tenue de vélotaf par une tenue de travail propre et changez vos chaussures (vos chaussettes aussi si vous en portez).

Astuce : Pour éviter d’être trop encombré pendant le trajet, il peut être intéressant de laisser une paire de chaussures et un nécessaire de toilette au bureau.

6. Anticipez la météo pour éviter d’être surpris par les intempéries

Vélotaf sous la pluie : attention dangerLes caprices de la météo, en voiture ou en vélo ce n’est pas la même histoire ! Conduire sous la pluie à vélo, c’est dangereux et ce n’est pas du tout agréable.

Alors lorsque vous vous rendez au boulot au guidon de votre fidèle destrier, pensez à consulter les prévisions du jour. Car entre le moment où vous partez de chez vous, le matin, et votre retour du travail, le soir, vous n’êtes pas à l’abri d’un changement de météo et de température. Une matinée bien ensoleillée peut laisser place à une pluie intense en fin d’après-midi ou en début de soirée.

Dans un tel cas, inutile de prendre des risques inconsidérés. Réfléchissez plutôt à une solution alternative telle que : attendre une éventuelle accalmie, appeler un proche pour qu’il vienne vous chercher, demander à un collège de vous raccompagner, prendre les transports en commun (la plupart des bus et des trains acceptent les vélos), etc.

7. Planifiez votre itinéraire vélotaf à l’avance

Prévoir votre trajet à l’avance peut vous éviter des embûches. Accident, travaux, déviation, manifestation, voie impraticable suite à des intempéries… Nombreuses peuvent être les causes vous obligeant à modifier votre itinéraire.

Pour partir travailler à vélo en toute sérénité, l’idéal est de planifier un itinéraire principal qui privilégie les voies cyclables et les aménagements pour vélos. Ce trajet ne doit pas forcément être le plus court, il doit être le plus sûr au niveau de la sécurité.

En complément de cet itinéraire prioritaire, prévoyez un ou deux plans B pour vous adapter à tout imprévu. Des parcours secondaires bien définis, que vous pouvez emprunter lorsque les conditions de circulation ne sont pas optimales sur l’itinéraire habituel.

8. Protégez-vous et SOYEZ VISIBLE !

Gilet urbain bleu Sécuvélo visuel arrièreLorsque vous effectuez un trajet en vélo et quelle que soit la distance à parcourir, la sécurité n’est pas à prendre à la légère. Il est évident, qu’en équilibre sur votre deux roues, vous n’avez pas les mêmes protections qu’un automobiliste dans son véhicule.

A vélo, une chute ou un accident a souvent des conséquences dramatiques. Dès lors, il est plus que recommandé de porter un casque, la tête étant particulièrement exposée. Le casque de vélo étant le moyen de protection de la tête le plus sûr et le plus efficace.

Les gants sont également importants. Ils protègent les mains et les doigts, non seulement du froid, mais aussi des projections et des éraflures pouvant être causées par les buissons et autres branches rencontrées sur votre chemin. Et en cas de chute, ils préviennent considérablement le risque de blessure.

Autres équipements fortement recommandés, surtout la nuit, le port d’un gilet de haute visibilité et de brassards réfléchissants. A vélo, pour être vu, il faut être visible. N’hésitez pas à porter des couleurs vives ou mêmes fluo, pour stimuler l’attention des autres usagers.

Astuce : le gilet urbain Sécuvélo (disponible en bleu ou en orange) est particulièrement adapté à la pratique du vélotaf. Il permet d’être bien visible tout en sensibilisant les automobilistes au respect des distances de sécurité. Agissant comme coupe-vent, ce gilet de cycliste peut se porter par-dessus une veste ou même un sac à dos.

9. Respectez le Code de la route et les autres usagers

A vélo, il faut être exemplaire et faire preuve de bon sens ! C’est avant tout une question de sécurité, mais aussi de respect vis à vis des autres usagers : véhicules, piétons, deux roues…

Le Code de la route s’applique à tous les véhicules. Sur votre vélo, vous êtes donc concernés tout autant qu’un automobiliste. De plus, si vous conduisez un VAE, une règlementation spécifique s’applique : voir la règlementation des vélos électrique en France.

Évitez donc de rouler sur les trottoirs, ne roulez pas au milieu de la chaussée et ne gênez pas la circulation, respectez les panneaux et la signalisation. Utilisez au maximum les aménagements cyclables tels que les pistes, sas vélo, accotements, double-sens, voies vertes, etc.

Soyez prudent, vigilant et bienveillant. Méfiez-vous des mauvais conducteurs mais sachez que votre sécurité dépend en partie de vos comportements.

10. Profitez des aides à la pratique du vélotaf

Saviez-vous que partir travailler à vélo pouvez vous valoir des aides financières et autres subventions ?

Indemnités kilométriques, primes et bonus vélo, aides de votre entreprise (forfait mobilités durables), aides de l’État et des collectivités… Depuis peu, les pouvoirs publics multiplient les initiatives et les dispositifs pour encourager les salariés à repenser leurs trajets quotidiens. Il serait dommage de ne pas en profiter 😉

 

Laisser un commentaire

Ceci pourrait aussi vous intéresser...